Les kits de récupération d'eau

Pour faire des économies et préserver l’environnement, il existe une solution : les kits de récupération d’eau de pluie. Composés d’une ou plusieurs cuves en polyéthylène et de différents accessoires tels qu’une pompe, un filtre aspirant, un stabilisateur ou encore un module d’alimentation en eau potable ils permettent de fournir l’eau dans la maison et dans le jardin. On va pouvoir utiliser l’eau pour les toilettes, le lave linge ou un lavabo.

Les avantages de l’eau de pluie.

L’eau de pluie possède l’avantage de ne pas contenir de tartre. Les équipements qui sont en contact avec elle n’ont plus besoin d’être traités contre le tartre pour rester les plus performants. Vous pouvez laver votre linge avec de l’eau de pluie, il n’en ressortira que plus doux, sans utiliser d’adoucissant. L’eau de pluie permet en plus d’éviter les traces de tartre au fond de la cuvette des toilettes, ce qui lui donne un aspect plus propre. Pour le jardin, l’eau de pluie est plus douce que l’eau de ville et les végétaux apprécient.

Des aides pour l’installation d’un récupérateur d’eau de pluie.

Jusqu’en 2012 il existait un crédit d’impôt vous permettant d’économiser jusqu’à 15% lors de l’installation d’un dispositif de récupération des eaux pluviales. Malheureusement ce crédit d’impôt a été supprimé. Il existe néanmoins des aides fournies par de nombreuses villes et communes qui encouragent l’installation d’un tel dispositif. Les collectivités locales peuvent donc vous apporter leur aide financière. Renseignez-vous auprès de votre mairie.

Comment enterrer une cuve

Collecte et utilisation des eaux pluviales : législation.

Tout le monde peut disposer de l’eau de pluie qui tombe dans son terrain, lorsque c’est pour un usage personnel, et non public, comme pour un gîte par exemple. Mais l’arrêté du 21 août 2008 en fixe les conditions d’utilisation. L’eau de pluie n’étant pas potable, son utilisation est réglementée pour éviter tout risque sanitaire.

Cet arrêté dispose que l’eau de pluie doit être collectée à l’aval de toitures inaccessibles. Elle peut être utilisée pour le jardin, les toilettes, le lavage des sols et le lavage du linge.

Il est interdit de disposer de deux robinets distribuant une qualité d’eau différente dans la même pièce sauf dans la cave et dans le sous-sol (ou tout autres pièces annexes à l’habitation). Cette mesure a été mise en place pour éviter toute confusion. Il est en plus nécessaire de signaler chaque point d’eau non potable par des pictogrammes explicites et la mention « eau non potable ».

Le raccordement entre l’eau de pluie et l’eau de ville est formellement interdit, même pour quelques instants. Le risque de contamination du réseau de ville est trop important. Pourtant, parfois, il va être nécessaire d’alimenter avec l’eau de ville, des dispositifs normalement alimentés par l’eau de pluie, notamment en cas de sécheresse de la cuve. Pour cela il faut installer un système de disconnexion physique. Les canalisations recevant l’eau de pluie et celles recevant l’eau de ville n’entrent jamais en contact et il n’y a ainsi aucun risque que des impuretés et bactéries contenues dans l’eau de pluie ne remontent dans les canalisations de l’eau de ville.

Lors de l’installation de votre cuve enterrée vous devez faire une déclaration d’usage des eaux de pluie. En effet, ces eaux renvoyées vers les égouts sont soumises à une taxe d’assainissement dont vous allez devoir vous acquitter. Il faudra installer un compteur d’eau pour pouvoir transmettre la consommation mensuelle de cette eau et ainsi calculer le montant de la taxe. Si cette démarche n’est pas entreprise, votre municipalité pourra estimer seule la consommation d’après le nombre d’habitants dans le foyer, la surface de la maison et du jardin et le temps d’installation de la cuve.

Les cuves de rétention d’eau.

Les cuves de rétention d’eau de pluie se distinguent des récupérateurs d’eau de pluie parce qu’elles ne servent pas à garder l’eau dans la cuve en vue d'une prochaine utilisation mais juste à récolter le trop-plein lors des orages et fortes pluies. Cette eau n’arrive pas à s’évacuer correctement dans les égouts et dans les sols. Pour éviter les inondations, votre commune peut vous demander d’installer un dispositif de rétention d’eau de pluie dans votre terrain. La cuve récolte l’eau et la déverse lentement dans le réseau d’évacuation d’eau de la ville ou dans la nature.

Il existe des solutions permettant de satisfaire tout le monde. Certaines cuves allient la rétention d’eau et la récupération d’eau. La moitié de la cuve peut ainsi vous servir à évacuer l’eau doucement et l’autre partie peut vous servir à arroser votre jardin ou à alimenter vos toilettes par exemple. En optant pour ce dispositif vous vous mettez en conformité avec la loi et vous y trouvez vous aussi votre compte.

Calculer la taille de son récupérateur d’eau de pluie.

La quantité d'eau à récupérer

Pour avoir une approximation du volume d’eau récupérable, en litres par an, il suffit de multiplier toutes ces données : Les précipitations de votre région X la surface de votre toiture X le coefficient de perte.

  • Les précipitations se comptent en litres par mètre carré et par an.
  • La surface de votre toiture se compte en mètre carré.
  • Le coefficient de perte se fait à partir de la forme de votre toiture. Pour une toiture plate il sera de 0,6, pour une toiture ondulée il sera de 0,8 et pour une toiture en tuile il sera de 0,9.
Carte pluviométrique de France.

Carte des hauteurs moyennes annuelles de précipitations en France pour l'année 2016. Source : Météo France

La formule est la suivante : Volume d'eau récupérable = Précipitation X coefficient de perte X surface

Un exemple pour une maison avec une toiture en tuile de 100m2, située à Lille : 700 l/an x 100 m2 x 0,9 = 63 000 litres par an.

La quantité d'eau à utiliser

Pour avoir une approximation de la quantité d’eau qui va vous être nécessaire il faut connaître l’utilisation que vous allez faire de cette eau de pluie. Cela va dépendre si vous utilisez exclusivement l’eau pour votre jardin ou si vous la destinez aussi à votre maison.

Il faut compter approximativement :

  • Pour arroser un jardin : 60 litres par m2 / an
  • Pour arroser un potager : 500 litres par m2 / an
  • Pour un WC : 9000 litres par personne / an
  • Pour un lave-linge : 3700 litres par personne / an

Pour connaître vos besoins en eau il suffit d’additionner tous les volumes suivant les utilisations que vous souhaitez en faire.

Un exemple pour un foyer de 2 personnes possédant un jardin de 200 m2 et un potager de 50 m2 qui souhaite utiliser l’eau de pluie pour alimenter ses toilettes et son lave-linge.

  • Quantité d’eau à utiliser = 200m2 x 60L + 50m2 x 500L + 9000L x 2pers + 3700L x 2pers
  • = 12000L + 25000L + 18000L + 7400L
  • Soit 62 400 L en tout.

La taille de la cuve à acheter.

Lorsque vous avez toutes ces données, il suffit de faire un dernier calcul pour savoir quelle taille de cuve est à privilégier.

La formule est la suivante : Volume cuve = ((Volume à récupérer + Volume besoins)/2) X 21/365

Reprenons l’exemple de notre couple lillois.

  • Volume à récupérer : 63 000 litres
  • Volume des besoins : 62 400 litres
  • ((63 000 + 62 400)/2) x 21 / 365 = 3607 L

Une cuve de 4000 L est recommandée pour ce couple.